Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Les i3m à Tahiti
  • Les i3m à Tahiti
  • : Bonjour, ce blog a pour mission de nous suivre "pas à pas" lors de notre aventure polynésienne... Je compte sur votre indulgence car je ne suis qu'une "blogueuse" débutante! D'avance merci. Isabelle
  • Contact

En Métropole

 

               émoticones 3D
 

A Tahiti

 

 

             émoticones 3D

Recherche

histoire vivante Scrapbooking digital

 

Mois Après Mois

10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 09:59

Voici un florilège des livres que j'ai lu ces derniers temps et que j'ai aimé...

Les larmes jaunes des crocodiles est un roman de Katherine Pancol. Le roman s''ouvre sur la séparation de Joséphine, le personnage principal, et de son mari Antoine. Joséphine se sent très angoissée à l''idée de devoir élever seule ses deux filles, Hortense, d''une grande beauté mais également très impertinent envers sa mère et Zoé, petite fille aimante. Fascinée par le XIIe siècle, chercheuse au CNRS Joséphine est une intellectuelle et une littéraire en tous points différente de sa soeur Iris, ayant toujours accaparé l''attention de son entourage. Soucieuse de continuer à être le centre de tous les intérêts, Iris déclare lors d''un souper mondain être en train d''écrire un livre. Souhaitant aller jusqu''au bout de son mensonge, elle propose à Joséphine de l''écrire pour elle, en tout anonymat. Petit à petit, Joséphine apprend à tourner la page de sa séparation, à se mettre plus en valeur, et à s''épanouir dans sa nouvelle activité littéraire. Elle parvient à trouver les finances nécessaires pour rembourser l''emprunt que son ex-mari a contracté en ouvrant un parc à crocodiles en Afrique, après leur divorce. Enfin elle rencontre un mystérieux jeune homme qui parviendra à lui redonner confiance en elle. Parallèlement aux histoires de Joséphine et d''Iris, le lecteur rencontre d''autres personnages attachants, comme l''intriguante voisine, Shirley, et le beau-père de Joséphine, Marcel, fou amoureux de sa maîtresse, qui lui rend tout l''amour que son acariâtre de femme, mère de Joséphine, n''a pas pu lui donner.

 

2008-07-23 pancol

 On retrouve dans La valse lente des tortues, l'héroïne des yeux jaunes des crocodiles, Joséphine, qui me moque que son mari est été dévoré par un crocodiles aux yeux jaunes. Désormais, elle vit dans un appartement en plein centre d'un quartier chic. Cette nouvelle vie est possible grâce au succès de son best-seller qui prend forme dans le premier tome, et à l'internement de sa sœur en hôpital psychiatrique. Une chose n'a cependant pas changée : Joséphine est toujours à la recherche de ce grand Amour qui ne vient toujours pas. Elle reste une mère intentionnée qui veille sur sa fille Zoé,attachante adolescente, et admire les progrès de sa fille aînée Hortense qui évolue dans une école de mode londonienne, plus que prestigieuse. Seuls une série de meurtres bouleverseront la sérénité bourgeoise de son quartier à laquelle Joséphine a du mal à s'adapter. Mais la vie de cette femme est d'autant plus bouleversée, que son beau-frère, mari de la belle Iris, épris d'un grand désir à son égard, manifestera son amour par un baiser lors du réveillon de noël. Mais ce bonheur est impossible, et ce pour de nombreuse raisons. Mais Joséphine ne manquera pas de prendre une revanche sur la vie

 Pancol

 

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, car les enfants du week-end ne leur lancent plus de friandises … Malgré le terrible évènement qui a frappé les héros dans le précédent livre, la vie reprend petit à petit son cours. Hortense, Shirley, Gary et Philippe sont à Londres, où chacun suit sa route cahin-caha. Hortense suit toujours ses cours de stylisme, et est en passe de devenir un espoir de sa génération. Gary et Shirley, eux vont se retrouver devant des souvenirs qui vont raviver des blessures enfouies. Philippe va devoir gérer la crise d’adolescence d’Alexandre, et se remettre en question. A Paris, la vie n’est pas non plus de tout repos. Joséphine est en proie à l’angoisse. Son éditeur la pousse à écrire un nouveau roman. Après avoir connu le syndrome de la page blanche, elle va finir par découvrir l’inspiration dans un étrange petit cahier noir, trouvé par hasard dans une poubelle … Henriette remâche toujours sa défaite auprès de Marcel et de Josiane. Dans son appartement, elle va essayer de prendre sa revanche, quitte à employer des moyens illégaux…Un concentré de vie, où chacun se bat pour trouver sa place, où les amitiés se font et se défont, où les rancœurs et les larmes s’accompagnent de rires et de pardon …

pancol 3

 

Après cette trilogie,voici 2 livres de Martin Winckler que j'ai adoré:

 la-maladie-de-sachs[1]

 

 

" Pourquoi venez-vous me voir, ce soir ? Parce que je ne sais plus quoi faire. Parce que ça fait trop longtemps que ça dure. Parce que ça ne peut plus durer. Parce que je n'ai pas trop le choix, si ça ne dépendait que de moi, vous savez, les médecins, moi, moins j'en vois, mieux je me porte... " Dans la salle d'attente du docteur Bruno Sachs, les patients souffrent en silence. Dans le cabinet du docteur Sachs, les plaintes se dévident les douleurs se répandent. Sur des feuilles et des cahiers, Bruno Sachs déverse le trop-plaint de ceux qu'il soigne. Mais qui soigne la maladie de Sachs ?

le choeur des femmes

 Il met en scène la rencontre de deux médecins : Jean Atwood, jeune et volontaire interne de chirurgie gynécologique qui se destine à la réparation des corps féminin, et Franz Karma, praticien d’une cinquantaine d’années qui s’est consacré depuis trente ans à la santé des femmes.Atwood doit passer six mois dans le service de Karma, mais n’a pas du tout envie d’y perdre son temps à "tenir les mains des patientes".Or, l’unité 77 n’est pas un service comme les autres. Karma en est le seul praticien, il y travaille avec une secrétaire, une conseillère de planification, des infirmières et des aide-soignantes qui le désignent par son prénom. Il y pratique des IVG et y hospitalise clandestinement des patientes à l’insu de l’administration de l’hôpital. Il reçoit les femmes que personne ne veut recevoir ou que les gynécologues méprisent ou fuient comme la peste, immigrantes, femmes voilées, SDF, femmes violées, mais aussi celles qui sont en rupture de famille, ou qui ont décidé qu’elles ne veulent pas avoir d’enfants et demandent à se faire stériliser.Alors que sa "vocation" était tout autre, le Dr Atwood va peu à peu, à son corps défendant, découvrir qu’écouter les femmes n’est ni répétitif ni assourdissant, mais que ça lui permet non seulement d’apprendre son métier de médecin et aussi de découvrir sa propre identité.

Autre auteur, autre style: 

le maitre des illusions



Richard, un étudiant californien de 19 ans en quête de nouveaux horizons, débarque dans un petite université du Vermont avec la ferme intention d'y poursuivre des études de grec. Il parvient a intégrer le petit groupe très fermé et fascinant d'étudiants en lettres classiques, mené par le charismatique Julian, un sage mais étrange professeur (L'une de ses phrase "la beauté est la terreur" donne un aperçu de ses convictions esthétiques.) Il se lie rapidement avec les cinq étudiants, Henry, un génie ténébreux, riche à millions et qui vit dans son monde, le beau Charles et sa sœur Camilla, deux jumeaux, Francis Abernathy, riche, excentrique et gay, et Bunny, le cancre du groupe, stéréotype du brave américain bourgeois.Les semaines passent ainsi comme dans un rêve pour Richard, entre la beauté des paysages du Vermont, les week-ends à la campagne, les soirées étudiantes, et les traductions de Platon, le tout baigné d'alcool et imbibé de drogues, sans compter son coup de foudre pour la belle et froide Camilla.Pourtant, une tension s'installe, et Richard se rend vite compte que ses cinq nouveaux amis lui cachent quelque chose. La dévotion d'Henry pour les rites de l'Antiquité, une bacchanale qui tourne mal, un meurtre, des mensonges en série, des vacances d'hiver où tout implose et Richard va apprendre la vérité. Il décide alors de se ranger du côté de ses amis, et de les aider à garder leur secret, même quand cela implique de se débarrasser de l'un d'entre eux. Après deux meurtres, vont-ils réussir à s'en sortir libres? Comment ne pas craquer face à la pression de la culpabilité? Ont-ils réussi à orchestrer le meurtre parfait? Richard parviendra-t-il à gagner Camilla malgré la présence d'Henry?

Et enfin le tout dernier livre que je suis en train de terminer et qui me plaît beaucoup:

9782749910772.jpg

 

«J'ai la belle quarantaine, et une énergie à toute épreuve. Je travaille seize heures par jour, mais je tiens le coup. Depuis quelque temps, quand même, je souffre de l'estomac, je dors mal, je manque de concentration et me montre parfois agressif. Normal : je suis débordé ! J'ai fait tous les examens, les médecins sont formels : je n'ai Rien... Et voilà qu'un matin, je dois quitter une réunion, je ne me sens pas bien. Mes collègues me reverront dans quatre ans.»

Quatre ans de prostration, puis de dépression majeure. Voilà ce qui attend ceux à qui l'on demande trop, ou qui s'imposent trop à eux-mêmes. Roch Denis insiste sur les signes avant-coureurs de ce désastre programmé, et nous invite à ne pas les négliger. Le burn out se soigne, certes, mais peut-être vaut-il mieux réduire la pression avant d'en arriver là.

Partager cet article

Repost 0
Published by Isa - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

helene 14/08/2011 12:26


Bon et bien yapuka ! A ma grande honte, je n'ai plus ouvert un bouquin depuis 2 mois, fatiguee de lire en anglais. Il y en a quelques uns qui me tentent dans ta liste, je file chez Amazon les
commander. Merci!


Isa 18/08/2011 08:51



Y'a pas de quoi...Tu me diras lesquels t'auront plus...



Stéphanie 13/08/2011 08:47


Super, ça me donne des idées, j'en manque. Je noterai tout ça à notre retour. On peut s'échanger des livres si ceux que j'ai lu t'intéressent ;-)
bisous


Isa 18/08/2011 08:47



Ok pour les échanges çà peut être sympa et "économique" . Je suis allée faire un tour sur ton blog pour voir tes
reportages sur la NZ, çà donne envie...Bisous.



Laure 11/08/2011 23:41


Pour les livres de Katherine Pancol, ayant essayé de lire le premier, je dis non... j'ai pas du tout accroché, mais par contre le reste me semble bien intéressant... je commencerais bien par le
livre "Burn Out" histoire de voir si j'ai quelques signes avant coureurs... lol Pff, je rêverai de dire ciao aux collègues et ne revenir que quatre ans après!! ;-)


Isa 12/08/2011 07:56



C'est vrai que lorsqu'on n'accroche pas rapidement à un bouquin, c'est difficile de s'y mettre ensuite. Pour burn out, j'ai beau être " fatiguée de naissance" comme disent mon mari et mes
loulous, je suis quand même loin de ce que décrit l'auteur...



Mamie Nénène 11/08/2011 08:31


Je vais essayer de trouver ces livres à la bibliothèque
de Plouvorn.
Bisous.


Isabelle 12/08/2011 07:52



Si jamais tes recherches sont infructueuses, je te les prêterai à notre retour...Bisous maman.